Comment optimiser la préparation de commandes

700 400 Romain Lemaire

La préparation de commandes en entrepôt est l’une des tâches les plus physiques en logistique. En une seule journée, un préparateur de commande peut parcourir plusieurs kilomètres, porter jusqu’à 10 tonnes de produits, et monter plus d’un millier de fois sur son chariot.

Un travail fatiguant, accidentogène, quand la productivité doit sans cesse être optimisée.

comment optimiser la preparation de commandes

Les fondamentaux de la préparation de commandes

Les cycles de préparation (ou picking) sont composés de plusieurs opérations : la conduite, la marche, le prélèvement et d’autres tâches diverses.

Grâce aux évolutions technologiques, de plus en plus de logisticiens sont équipés de système de gestion d’entrepôt (WMS) et de Voice Picking pour la préparation de commandes.

Le préparateur est donc guidé à travers l’entrepôt afin d’optimiser son chemin de préparation. Et le préparateur, lui-même, essai également d’optimiser sa tâche, et tente de diminuer ses déplacements en chariot. Il laisse alors bien souvent sont chariot au milieu de l’allée et gravite autour.

exemple de guidage préparateur de commande

Il réduit effectivement la distance parcourue avec le chariot. Mais le préparateur augmente considérablement la marche « négative » et le port de charges.

 

Changer les habitudes de préparation

Pour faire simple, le préparateur de commande devrait pouvoir s’axer sur sa tâche : prélever des produits et les poser sur un support de préparation. C’est-à-dire une palette ou un roll posé sur les fourches du chariot. Le tout en suivant un parcours.

Le préparateur devrait donc se trouver, la plupart du temps, entre les rayonnages et les fourches à faire du picking, et non faire des allers et retours jusqu’au poste de conduite.

Alors comment optimiser un chariot de préparation de commandes pour que l’opérateur l’utilise à meilleur escient ? Comment limiter les entrées et sorties du poste de conduite, sources de chutes et de blessures ?

En faisant avancer son chariot de préparation de commande à distance. Car si l’opérateur ne va pas au poste de conduite, c’est au poste de conduite d’aller à l’opérateur.

 

La préparation télécommandée

Côté chariot de préparation de commandes :

Quel que soit le système utilisé, le matériel de manutention doit avant tout rester un outil sécurisé.

Pour cela l’avant du chariot est équipé d’un ou plusieurs capteurs et/ou laser. Ils scannent en permanence ce qui se trouve devant lui et sur les côtés. Ainsi il arrêtera le chariot en cas d’obstacle (autre chariot, produit ou débris au sol, ou encore un collègue travaillant à proximité).

capteur / laser écurité préparateur de commande

Ce capteur sert également à positionner correctement le chariot dans l’allée de stockage :

  • Position de circulation : à gauche, à droite ou centré,
  • Maintient une distance de sécurité entre le rack et le chariot pour l’opérateur,
  • Corrige légèrement la direction pour éviter un obstacle (quand cela est possible).

Le personnel environnant sera, quant à lui, averti des déplacements du chariot télécommandé par un ou plusieurs voyants lumineux et/ou un avertisseur sonore.

 

Côté préparateur de commandes :

quickpick remote pour preparation commande

Le préparateur de commandes doit disposer des commandes pour faire avancer le chariot, du klaxon et de l’arrêt d’urgence. Comme au poste de conduite.

Le système de commande à distance peut prendre plusieurs formes, comme un gant, un simple boitier de commande ou même d’un boitier détectant la proximité du préparateur pour le suivre.

Chaque système de commande devra, quoi qu’il en soit, être appairé avec le chariot qu’il devra commander. L’appairage ne prend que quelques secondes en moyenne et assure à l’opérateur la bonne communication entre sa « télécommande » et son chariot de préparation de commandes.

 

L’essayer, c’est l’adopter

Optimiser la sécurité en réduisant le port de charges lourdes, les chutes, les blessures, et en limitant les risques de chocs entre chariots et avec d’autres personnes.

Améliorer les process de la préparation de commandes sans révolutionner son organisation, son infrastructure ou son réseau informatique.

Trop beau pour être vrai !!?? Pas si vous organiser ce virage technologique de la bonne façon.

Cela commence par impliquer tous les niveaux : utilisateurs, CHSCT, responsable d’exploitation, responsable de parc de chariots et directeur. Car ce système permet une optimisation à différents niveaux.

Et ensuite….il faut tester !!

Car les différents systèmes ont des fonctionnalités parfois différentes, que ce soit le type de commande, l’appairage, les réglages, etc. Mais aussi et surtout pour s’assurer que les utilisateurs y verront des avantages et qu’ils optimiseront votre application.

 

Comme vous le constatez, la technologie n’a pas pour seul but de remplacer le travail de l’homme, mais bien souvent d’améliorer la manière dont il est fait.

L’optimisation de la productivité reste un facteur essentiel en préparation de commandes. Mais n’oubliez pas qu’un préparateur moins fatigué et travaillant en toute sécurité y participera énormément.

Laisser une réponse