Règlementation sur les salles de charge, tordre le cou aux idées reçues

700 400 Jean-Jacques Boulet

Lors de mon dernier rendez-vous chez un prospect, ce-dernier m’expliquait que conformément aux informations transmises par mon confrère, mais néanmoins concurrent, il allait pouvoir se passer d’une salle de charge car les batteries proposées était des batteries Lithium-Ion. L’argument avancé est le suivant : les batteries de cette technologie ne dégagent pas d’hydrogène donc la salle de charge pour ses chariots élévateurs n’est plus nécessaire.

C’est pour rompre le cou à de telles désinformations et y voir plus clair sur la règlementation des salles de charge que cet article a été rédigé, car si le dégagement d’hydrogène est bien une composante dont il faut tenir compte lors de la création d’une salle de charge, il n’est en aucun cas le facteur déclenchant de l’existence ou non d’une salle de charge au sein d’un établissement.

 

Régementation sur les slaes de charges

Que dit précisément la règlementation sur les salles de charges ?

Un seul critère déclenche la nécessité de l’existence ou non d’une salle de charge, ce critère est défini par la règlementation.

C’est la puissance cumulée des chargeurs de batteries présents dans votre établissement qui est le critère. Initialement se seuil déclencheurs était de 10 kW.

C’est l’arrêté du 29 mai 2000 relatif aux prescriptions générales applicables aux Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) soumises à déclaration sous la rubrique n° 2925 “ accumulateurs (ateliers de charge d’) (JO du 23 juin 2000) qui avait fixé ce seuil.

Le seuil de 10kW a été porté à 50 kW par décret en 2006.

Par voie de conséquence, tous les établissements qui utilisent des chariots élévateurs et dont la puissance cumulée des chargeurs est supérieure à 50 kW doivent disposer d’une salle de charge pour être conforme à la règlementation sur les salles de charges.

En ce qui concerne plus particulièrement l’utilisation des batteries Lithium-Ion et le cadre règlementaire européen et français voici quelques informations complémentaires.

Plusieurs rubriques ICPE pourraient s’appliquer aux batteries Li-ion en fonction des cas (neuves, usagées, en recharge).

Pour la rubrique ICPE relative aux salles de charge d’accumulateurs, a priori les batteries au lithium ne sont pas exclues du champ d’application, la salle de charge est donc nécessaire dès lors que la puissance cumulée des chargeurs dépasse les 50kW.

En revanche, certaines questions se posent notamment sur le volet sécurité : est-ce qu’il serait possible d’envisager des charges diffuses sur le site industriel par exemple pour des chariots ayant un chargeur embarqué ? Quelles sont les dispositions spécifiques pour la borne de charge ?

Ces questions sont en cours de discussion et nous attendons les arbitrages éventuels à venir et les modifications de la règlementation en vigueur le cas échéant.

 

Comment Calculer la puissance de mes chargeurs

Pour calculer la puissance d’un chargeur il convient de multiplier la tension du chargeur par l’intensité de charge.

Ces informations sont souvent présentes dans les types commerciaux des chargeurs.

Par exemple le calcul de la puissance (P) d’un chargeur 48/100, traduire 48 Volts (V) – 100 Ampère (A), est le suivant :

  • P=UxI
  • P=48×100 soit 4 800 watts (W) ou 4,8 kilos Watts (kW)

Pour savoir si la règlementation sur les salles de charges s’applique à votre établissement il convient que vous fassiez la somme de toutes les puissances des chargeurs de batteries présents.

 

Les principales obligations que la règlementation des salles de charge impose

La réglementation des salles de charge impose un certain nombre d’équipements au sein d’une salle de charge.

Vous trouverez ci-dessous la liste des principales obligations :

  • Ventilation mécanique obligatoire afin de ne pas dépasser 1% de concentration d’hydrogène par rapport au volume de la salle
  • Revêtement étanche pour rétention des eaux polluées
  • Éclairage IP 55l
  • Chauffage par fluide
  • Rince Œil
  • Arrêt des chargeurs en cas de défaillance de la ventilation mécanique
  • Arrêt des chargeurs par la centrale de mesure d’hydrogène
  • Bac de rétention acide
  • Extincteurs
  • Affichage des règles de sécurité
  • Porte coupe-feu
  • Sortie de secours
  • Pas d’étage au-dessus du local de charge

A- Comment calculer le dégagement d’hydrogène lors des charges de batteries
Dégagement d’hydrogène par charge (batterie déchargée à 80%)

  1. Chargeurs basse fréquence (Classiques à pentes) batterie plomb ouvert
    V=0,00045 x (C5 x 0,8) x 0,2 x N
  2. Chargeurs HF à découpage ou BF régulés batterie plomb ouvert brassage
    V = 0,00045 x (C5 x 0,8) x 0,12 x N
  3. Chargeurs HF à découpage batterie plomb ouvert entretien réduit brassage
    V = 0,00045 x (C5 x 0,8) x 0,04 x N
  4. Chargeurs HF à découpage batterie GEL
    V = 0,00042 x (C5 x 0,8) x 0,06 x N x 0,05 (recombinaison des gaz 95%)

Légende :
V = volume hydrogène par charge en M3
C5 = capacité de la batterie en 5 Heures
N = nombre d’éléments de la batterie

B- Comment calculer le volume d’air à extraire
Volume d’air à extraire pour une concentration supérieure ou égale à 1%

  1. Batterie plomb ouvert et entretien réduit
    Ve = 0,05 x N x I
  2. Batterie plomb étanche
    Ve = 0,0025 x N x I

Légende :
Ve = volume hydrogène à extraire en M3/ Heure
N = nombre d’éléments de la batterie
I = Intensité de fin de charge soit C5 x 0,05

 

Vous disposez maintenant des éléments nécessaires pour pouvoir avoir un avis critique sur les informations que certains pourraient vous transmettre sur la règlementation des salles de charges des chariots élévateurs.
Il est bien évident que dans certains cas, au regard de vos contraintes spécifiques, la création d’une salle de charge ou son extension ne sera pas possible et que par voie de conséquence tout ou partie des matériels ne pourront pas avoir accès à la salle de charge.

Il faut gérer ces cas particuliers avec au moins deux acteurs incontournables. Le premier, la DREAL (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) pour obtenir de leur part une exonération partielle ou totale en ce qui concerne la création ou l’extension du local de charge.
Le second votre assureur.
Vous pourriez vous en tenir au « pas vu pas pris », mais en cas de sinistre vous vous en mordriez les doigts à n’en pas douter.

2 commentaires
Laisser une réponse